Pèlerinage LOURDES, LYON, LA SALETTE, ND du LAUS, ARS, PARAY le MONIAL

Départ : 25 octobre 2019 Retour : 01 novembre 2019
Vendredi 25 octobre : 
Arrivée à LOURDES (horaire à me préciser). 
Transfert de l’aéroport à l’hôtel à Lourdes, à proximité de la grotte. 
Installation, dîner et nuit 
 
Samedi 26 octobre : 
Pèlerinage à Lourdes
Pension complète à l’hôtel. 
 
Dimanche 27 octobre : 
Pèlerinage à Lourdes
Pension complète à l’hôtel. 
 
Lundi 28 octobre : 
Petit-déjeuner. 
Dernière prière à la grotte. 
Déjeuner à l’hôtel et départ.
Voyage vers Lyon. 
Installation et dîner à l’hôtel à Lyon. 
 
Mardi 29 octobre :
 
Visite de Notre-Dame de Fourvière, sanctuaire et lieu de pèlerinage important, très cher aux Lyonnais : « l’âme mariale de Lyon ». 
La première chapelle dédiée à la Vierge fut construite au XIIème siècle et la dévotion à la Vierge Marie fut toujours présente en ce lieu. Notre-Dame était invoquée comme protectrice de la ville lors des grandes épidémies dont elle fut victime au cours des siècles. 
Déjeuner inclus au restaurant. 
Puis nous nous rendons à Ars, pour visiter les lieux où vécut le saint curé, Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859). Lorsqu’il arriva pour la première fois près du village d’Ars, il rencontra le petit berger Antoine Givre et lui demanda son chemin. Puis il lui répondit, en guise de remerciements : « T’u m’as montré le chemin d’Ars, je te montrerai le chemin du Ciel. ». Il fut effectivement un apôtre infatigable auprès des âmes dans sa paroisse, et vous savez qu’il fut un grand dépôt de sainte Philomène, que nous avons connu en Italie l’an dernier !
Nous passons pour une brève visite au couvent des capucins, puis nous rentrons à Lyon. 
Dîner et nuit à Lyon. 
 
Mercredi 30 octobre :
Première étape à La Mûre, qui nous rappelle le souvenir de saint Pierre-Julien Eymard (1811-1868), fondateur de la congrégation du Saint-Sacrement. Très jeune déjà, à l’âge de 5 ans, on le retrouve à l’église près du tabernacle, juché sur un escabeau, la tête penchée derrière l’autel : il déclara « J’écoute, et j’entends mieux Jésus ici ». 
Nous nous rendons à La Salette, lieu d’une apparition très importante de Notre-Dame à deux enfants le 19 septembre 1846. Le message de la Vierge Marie est d’une grande importance, car elle apparaît en pleurant, prédisant notamment l’apostasie des temps modernes et la terrible crise de l’Eglise que nous vivons aujourd’hui. 
Puis nous poursuivons notre route vers un autre sanctuaire marial très célèbre, Notre-Dame du Laus, « refuge des pécheurs », lieu d’apparition de la Vierge au XVIIème siècle (partir de 1664) à Benoîte Rencurel. 
Retour à Lyon. Dîner et nuit. 
 
Jeudi 31 octobre :
Nous visitons le matin la magnifique abbaye de Cluny, abbaye bénédictine fondée en 909, foyer du renouveau monastique en Occident, et centre intellectuel de premier plan au Moyen-Age. Déjeuner libre en cours de route. 
La dernière visite de notre pèlerinage est celle au Sacré-Coeur de Jésus, à Paray-le-Monial, lieu où Il se révéla à Sainte Marguerite Alacoque, au monastère de la Visitation Sainte-Marie. Ce monastère avait été fondé en 971 par saint Mayeul. Fort éprouvé par la peste noire de 1346-1348, puis par la guerre de cent ans, et enfin par les guerres de religion, le prieuré de Paray-le-Monial n’était plus que l’ombre de lui-même lorsque, le 20 juin 1671, Marguerite Alacoque entre au monastère.  La dévotion au Sacré-Coeur de Jésus est capitale pour le monde, pour qu’Il règne dans toutes les âmes. Notre-Seigneur a révélé ses promesses en particulier celle des 9 premiers vendredi du mois et celle adressée aux apôtres de cette dévotion : « Ils travailleront avec succès et sauront l’art de toucher les coeurs les plus endurcis, s’ils ont une tendre dévotion à Mon sacré Coeur et s’ils travaillent à l’inspirer et à l’établir partout. »
Retour à Lyon. Dîner et nuit. 
 
Vendredi 1er novembre : 
Messe de la fête de la Toussaint, puis vol retour de l’aéroport de Lyon. (déjeuner libre à l’aéroport).